• Photo

Yasmina Reggad : we dreamt of utopia and we woke up screaming

Prenant tour à tour la forme d'une société de radiodiffusion ou d'un centre de surveillance des radiodiffusions étrangères, deux pièces performatives issues du premier chapitre a common consent to listen. a collective dissent of interpretation explorent de nouvelles méthodologies d'« exposition » et d'activation d'une archive unique et peu connue documentant l'époque où Alger était surnommée la « Mecque des révolutionnaires ».

En savoir plus

Dans les années 1960 et 1970, au rythme des tensions bipolaires de la Guerre froide, la capitale algérienne qui abritait des mouvements de libération nationale, des exilés politiques, des rebelles et des occidentaux désabusés, ainsi que des militants de tous les continents, a été le témoin de la naissance d'une « troisième voie » et d'autres futurs possibles. S'appuyant sur les émissions radiophoniques des mouvements de libération diffusées par la Radiodiffusion-télévision algérienne (RTA), la production polyglotte et polyphonique fait écho à la découverte de Yasmina Reggad des idées et idéaux de l'époque.

Plongé dans le cadre d'un documentaire radio en direct ou d'une installation performative, le public assiste à la conception, la production et la diffusion de deux œuvres soigneusement écrites. Les spectateurs deviennent alors les auditeurs contemporains portant la voix des luttes passées et des propositions avant-gardistes d'alors, afin de reconstituer la solidarité avec et entre des acteurs autrement invisibles de l'histoire mondiale.

Créée en 2016, we dreamt of utopia and we woke up screaming adopte sans cesse de nouvelles formes et se développe au gré de chaque nouvelle invitation. Le premier chapitre de cette recherche continue, a common consent to listen. a collective dissent of interpretation, est une performance protéiforme, cumulative et évolutive, s'inspirant des genres documentaires de la radio et du théâtre.

Deux versions récentes créées pour Moussem Cities: Algiers aux Kaaistudio's comprennent :

La huitième itération de la performance évolutive we dreamt of utopia and we woke up screaming, s'inspirant du documentaire radiophonique. Englobant plusieurs continents et différentes langues, les archives audiovisuelles et les documents contemporains sont mêlés aux témoignages d'acteurs et de militants clés des années 1960 et 1970, comme Frantz Fanon, Houari Boumediene, Sam Nujoma, María Acerina, Elaine Mokhtefi, Antonio Cubillo, Vera Sílvia Araújo de Magalhães, Manuel Alegre ou Yasser Arafat. Certaines de ces voix sont interprétées par une chorale solidaire composée d'activistes bruxellois d'aujourd'hui. Via le déroulement du minutieux script acoustique et théâtral, le public vit une forme d'écoute active le ramenant constamment au présent et aux événements actuels à travers la voix de la commentatrice principale, Yasmina Reggad.

From dreamers to freedom fighters to terrorists présente différentes facettes de la lutte armée des mouvements de libération des années 1970, notamment des actes de sabotage, des bombardements, des enlèvements et des détournements. L'œuvre évoque la perception de ces actions par les parties historiques concernées, ainsi que les spectateurs contemporains. Afin de reconstituer et d'expérimenter différentes modalités de l'engagement politique et solidaire, les membres du public sont invités à activer l'installation en devenant les commentateurs d'une émission radio quotidienne, tout en lisant un script monté à la façon des films militants des années 1970.

Side Effects

×

Side Effects

Do you also support this action?

Charter for the stage artist

A statement of solidarity between artists who agree to no longer accept un(der)paid work in public activities that take place at or for organizations with fixed-income employees.
>>> handvest.org